C’est juillet, j’ouvre le bal avec…

Une touche d’optimisme pour bien commencer juillet, ca vous dit ?

En vadrouille le week-end dernier dans les Vosges, j’ai eu la belle surprise de pouvoir écouter cette découverte Francofans.

Des chansons engagées, ou empreintes de nostalgie, d’autres qui donnent du peps : ce fût un bon moment musical !

Je vous propose de les découvrir avec « entendez la rumeur« , ma préférée.

Belle écoute à vous !

coeur-zic

 

Publicités

Courgettes « à la cocoeuf »

courgette.pngCa y est, elles sont de retour ! Qui donc ? Les courgettes, que j’ai le plaisir d’aller chercher à la ruche. Connaissez-vous ?

Le principe, c’est de passer commande sur leur site, de ce que proposent les producteurs du coin. Quelques jours après, on peu aller récupérer son panier, à pied, à vélo, ou autre moyen de locomotion, comme on le veut ! Les rendez-vous se font dans des lieux variés : garage, MJC…

Ainsi, je fais ma part en prenant des produits locaux et de saisons. Pour en revenir à la courgette, un légume que j’adore et que j’attendais impatiemment, lors de mon dernier passage à la ruche, m’est venu la recette suivante. Je l’ai intitulée : courgette « à la cocoeuf ».

Pour 2 personnes, je fais revenir à l’huile d’olive 1 courgette de taille moyenne,  5 minutes. J’ajoute ensuite du lait de coco avec 4 œufs, mis tels quels dans la poêle, sans les battre. Régulièrement, je mélange le tout. J’ajoute également du paprika et par gourmandise, de l’épice « saveur d’enfance » (échalote, tomate, pavot bleu, sésame).

Apres un bon 1/4d’heure, c’est prêt ! Cela accompagne très bien des coquillettes 🙂

Régalez-vous !

 

Le courrier des bonnes nouvelles n° 2

honey-bee-469560_960_720.png

Avec le début de l’été, qu’apporte Irbiloc comme bonnes nouvelles ?

D’un coup d’aile, il est allé faire un tour au forum international de la météo et du climat. Il y a découvert un projet artistique drôlement intéressant ! De la dentelle représentant des motifs de coraux, qui sera à terme déposée au fond des océans. Ainsi, le renouveau des cellules de ces petites bêtes sera assuré et la barrière de corail retrouvera la forme 🙂

Comme il n’était pas très loin, il en a profité pour faire un saut chez Green Whisper. Il avait entendu parler de leur façon de transformer des résidus agricoles en linge et en vaisselle. Bientôt, nos maisons seront remplies de fibres de bananiers, de cannes à sucre et de feuilles de palmier !

Mais sa trouvaille préférée, c’est en Pologne qu’il  l’a faite. Là-bas, on a inventé le Bee saving paper. Il s’agit d’un papier riche en sucre, qu’il espère voir un jour sur des tas d’objets. Repérable de loin par nos amies les abeilles, il contient une plante dont elles raffolent. Ainsi, elles pourront reprendre des forces afin de continuer à nous offrir du bon miel !

 

 

Comment éviter les supermarchés ?

100j

Lorsque Mathilde apprend que le voisin de sa maison familiale, agriculteur, prend sa retraite plus tôt que prévu, parce que « le métier n’est plus rentable », elle reste sans voix. En menant l’enquête, elle se rend compte qu’il d’est d’ailleurs pas le seul dans cette situation et se lance un défi : 100 jours sans supermarché.

L’ouvrage qui en résulte ? Une vraie mine d’or pour faire ses courses

hors de sentiers battus !

De boutiques de producteurs en marchés, en passant par les épiceries coopératives, son livre regorge de conseils et d’idées pour remplir son panier (en osier comme virtuel), mais aussi fabriquer ses produits de beauté : le tout en circuits courts, bien sûr !

J’ai vraiment beaucoup aimé toutes ces histoires de rencontres, avec des producteurs comme des consommateurs surnommés les « sans supermarché » et ai fait une belle découverte : la savonnerie « la licorne ». Elle rejoint mes favoris, avec la distillerie « Terre de Rose » 

Et vous, avez-vous déjà tenté l’aventure « sans supermarché » ? Quelles sont vos trouvailles ?

 

C’est juin : j’ouvre le bal avec…

C’est un petit tour les pieds dans l’eau que je vous propose pour ce mois de juin en musique, avec le festival « le piano du lac« .

Vous pourrez profiter de jolies chansons accompagnées au violon, au violoncelle, au piano et par bien d’autres instruments, le tout au bord d’un lac, les musiciens étant dessus. Voilà une belle aventure musicale en perspective !

Pour plonger dans leur univers, voici un extrait du festival de l’an dernier. Si vous y faits un saut, racontez-moi !

coeur-zic

Le courrier des bonnes nouvelles n°1

Quelles sont les bonnes nouvelles rapportées par Irbiloc, envoyé spécial de Colibris et compagnie, en ce 28 mai?

Tout d’abord, au Royaume-Uni, on fêtera dorénavant l’été en musique et sans plastique : l’association des festivals indépendants se lance, dans la lignée de « straw wars« , dans la lutte du plastique non réutilisable. Sur place, Irbiloc a également découvert Choose water, une bouteille qui ne fera plus de mal à ses amis les poissons. Une belle invention, qu’il est allé fêter dans les branches d’un arbre plus que centenaire : mais pas n’importe lequel !

A son retour en France, il a entendu parler d’une rue qui allait être baptisée ‘rue du made in France’. Il a volé jusque là-bas, c’est d’ailleurs son coup de cœur des bonnes nouvelles. Pendant l’été, cette rue accueillera en effet de nombreuses entreprises françaises, dans des domaines aussi divers que variés, qui présenteront lors de ce marché éphémère leurs produits, issu de l’hexagone, bien entendu !

De belles choses à découvrir et à goûter, pour le plus grand plaisir de tous les colibris !

cropped-colibris

Un geste de colibri : le compost

 

IMG_20180319_151451[1]   Petit colibri que je suis, j’ai vite intérieurement râlée lorsque je voyais à quel point mes épluchures remplissaient la poubelle. Je me disais qu’après tout, leur place était dans la terre, non pas au milieu de détritus non biodégradables.

Seulement voilà, quand on a pas un coin de jardin à soi, difficile de faire son propre compost. Quant à équiper ma cuisine d’un lombri-compost, je dois bien avouer qu’à l’idée de risquer d’avoir des vers de terre chez moi, je ne parvenais pas à me motiver.

Et puis, il n’y a pas si longtemps que cela, j’ai déménagé. Je me suis alors dit qu’un compost collectif existait peut-être dans ma nouvelle ville et me suis renseignée : bingo, à quelques minutes à pied de chez moi !

Depuis, mes épluchures et coquilles d’œufs retrouvent régulièrement, entre deux passages au compost, M. Heureux. Le reste, c’est un jeu d’enfant : tout déposer dans le bac prévu à cet effet, y ajouter deux pelles de matières sèches et le tour est joué ! Cerise sur le gâteau : sur ce site, vous trouverez les infos pour voir si un compost collectif se trouve près de chez vous 🙂

 

Toi(t) à moi

toit.png Il y a comme ça parfois une belle idée, qui se concrétise par l’intermédiaire d’une association ou d’une entreprise, qui vous va droit au cœur. Parce que cette idée, elle apporte une solution à une situation que vous croisez tous les matins ou presque et pour laquelle vous vous dites souvent « mais qu’est-ce que je pourrais bien faire pour que ca change ? ».

A cette question, « Toit à moi » a une réponse : offrir un « croissant symbolique » chaque semaine, à plusieurs, qui sera transformé en logement par cette association. Dit comme ça, on dirait une histoire racontée dans un conte de fée 🙂

Mais l’idée est là. Avec quelques dizaine de particuliers, pour un peu plus d’un euro par semaine, « Toit à moi » achète des logements tremplin, le début d’un nouveau départ pour celles et ceux qui sont à la rue.

Je vous propose une petite vidéo pour en savoir davantage sur ce projet, qui me fait tellement penser à la légende du colibri !

 

C’est Mai, j’ouvre le bal avec…

Une petite berceuse pour vous, en ce début du mois de mai.

Voici « tu me parles », des Fouteurs de joie. Au milieu des paroles, vous reconnaîtrez certainement des airs que l’on vous chantait dans votre enfance, doucement accompagnés à la guitare par ce quintette de voix.

C’est une chanson dans les chansons, joliment menée, pour vous raconter une histoire qui fait étrangement penser au monde d’aujourd’hui.

Belle écoute à vous !

coeur-zic

 

 

Pour utiliser sa plume …de colibri (aussi)

plumeAujourd’hui, je vous emmène à la rencontre de « Rêve de lignes » : pour celles et ceux qui aiment raconter des histoires, comme en  découvrir !

Mais d’abord, une autre histoire, celle du financement participatif, parce que « Rêve de lignes » y est lié aussi. Vous connaissez ? Il en existe dans de nombreux domaines : la culture, l’agriculture, l’associatif, etc. Cela permet d’encourager de nombreux projets et puis, c’est une jolie façon de faire sa part de colibri 🙂

Pour en revenir à « Rêve de lignes », c’est un projet qui permettra de faire ses premières armes d’ écrivain en herbe en proposant de courtes fictions, en français. Par ici pour découvrir ce chouette projet !